accueil > Métiers > Formateur indépendant

Formateur indépendant

par | Juil 21, 2021 | Métiers, Toute l'actualité

Formateur donnant cours à un groupe devant des ordinateurs

Description du poste de formateur indépendant

 

Par son expertise professionnelle et technique, le formateur indépendant contribue au développement des compétences.

Il favorise l’insertion sociale et professionnelle, l’accès à la qualification, la professionnalisation et l’accès ou le maintien dans l’emploi.

Il identifie les compétences à acquérir ou à développer et détermine les situations d’apprentissage et les modalités pédagogiques.

Tout en continuant d’actualiser ses propres connaissances, le formateur indépendant peut enseigner dans des établissements publics ou privés qui opèrent dans son champ de qualification. Les services de formation en entreprise (tous secteurs confondus) sont également envisageables.

 

Quelles sont les compétences et qualités professionnelles à attendre d’un formateur indépendant ?

 

Qualités professionnelles

 

Pour faire un bon formateur, il doit avoir des connaissances à transmettre et posséder des qualités pédagogiques, le sens de l’écoute et de la patience !

Ce qui attire dans ce métier, et ce qui est donc essentiel, c’est l’autonomie : le formateur est libre de son emploi du temps, de ses tarifs et de sa proposition de formation.

 

Compétences professionnelles

 

Préparer et animer des actions de formation collectives en intégrant des environnements numériques :

  • Élaborer la progression pédagogique d’une action de formation à partir d’une demande
  • Concevoir le scénario pédagogique d’une séquence de formation intégrant différentes modalités pédagogiques
  • Animer un temps de formation collectif en présence ou à distance
  • Évaluer les acquis de formation des apprenants
  • Concevoir les activités d’apprentissage et les ressources pédagogiques d’une séquence en prenant en compte l’environnement numérique
  • Inscrire ses actes professionnels dans le cadre réglementaire et dans une démarche de responsabilité sociale, environnementale et professionnelle
  • Maintenir son niveau d’expertise et de performance dans sa spécialité

 

Construire des parcours individualisés et accompagner les apprenants :

  • Développer l’ingénierie et les outils d’individualisation des parcours en utilisant les technologies numériques
  • Accueillir les apprenants en formation et coconstruire leurs parcours
  • Former et accompagner les apprenants dans des parcours individualisés
  • Remédier aux difficultés individuelles d’apprentissage
  • Accompagner les apprenants dans la consolidation de leur projet professionnel
  • Analyser ses pratiques professionnelles

 

Comment devenir formateur indépendant ?

 

Titre professionnel formateur professionnel d’adultes

 

Il existe un diplôme enregistré au RNCP, de niveau 5. Le titre dont il est question permet d’acquérir les compétences et les méthodologies de l’enseignement pour se préparer au métier de formateur indépendant.

 

Il est accessible en :

Ce titre est également éligible au CPF.

(Cette formation n’est pas dispensée dans notre centre.)

 

Les démarches pour devenir formateur indépendant

 

Aucun diplôme spécifique n’est obligatoire pour devenir formateur indépendant. Il est toutefois nécessaire de se déclarer en tant que tel. Pour cela, trois options existent :

  • Créer une micro-entreprise (ou auto-entreprise) ;
  • Créer une société unipersonnelle ;
  • Trouver un portage salarial.

 

Auto-entrepreneur, un régime simplifié mais plafonné

 

Il s’agit d’un régime ultra-simplifié qui permet d’exercer avec les avantages suivants :

  • Pas de TVA à facturer (jusqu’à 34 400€ de chiffres d’affaires) ;
  • Comptabilité globalement simplifiée ;
  • L’exonération des charges sociales est plus avantageuse (23% au lieu de 45%) ;
  • Un taux d’abattement en lien avec les dépenses professionnelles de 34% pour déterminer l’impôt sur le revenu ;
  • Possibilité de bénéficier de l’ACRE.

 

Pour se déclarer auto-entrepreneur, il suffit de s’inscrire sur le site de l’URSSAF. Cependant, le chiffre d’affaires ne pourra pas dépasser les 72 600€ par an pour un tel régime. Si ce plafond est dépassé, le statut devra muter en « entreprise personnelle »

 

Bien sûr, ce statut comporte aussi quelques faiblesses. Elles portent notamment sur :

  • une protection sociale basse (cotisations sociales, retraite, sécurité sociale) ;
  • un risque personnel important (patrimoines personnels et professionnels sont confondus) ;
  • l’impossibilité de déduire ses frais professionnels et ses charges.

 

Être formateur indépendant avec une société unipersonnelle

 

Créer une société unipersonnelle peut ainsi se faire sous la forme d’une SASU ou d’une EURL. Les principaux avantages de ce régime sont :

  • vous représentez une personne morale et la responsabilité est donc limitée au patrimoine professionnel ;
  • la déduction des frais et des charges ;
  • l’ouverture possible du capital à d’autres entreprises ou actionnaires.

 

À contrario, les inconvénients de ce type de statut sont :

  • les obligations juridiques, comptables et sociales plus contraignantes ;
  • l’absence de couverture chômage ;
  • aussi, les formalités de création de ce genre de société sont plus contraignantes.

 

Il est bien sûr envisageable de faire appel à un prestataire extérieur pour les démarches juridiques, comptables et sociaux mais ceci représente également un coût. Par contre, en cas d’erreur ou de litige, c’est la responsabilité directe du formateur qui est mise en cause.

 

Le portage salarial, un statut sécurisé

 

Choisir de travailler avec une société de portage, c’est l’assurance d’avoir la sécurité, sans porter trop de responsabilité sur ses épaules. Le second avantage est de pouvoir faire bénéficier de prises en charge des formations pour les clients.

Elle doit par contre posséder un numéro d’agrément et être référencé Datadock (en attendant l’obligation Qualiopi).

 

Si cette solution semble la plus confortable, il faut toutefois prendre en compte le fait que les sociétés de portage demandent 8 à 15% (en moyenne) du chiffre d’affaires.

Les cotisations sociales sont également élevées puisqu’elles correspondent à celles d’un salarié.